Raz-de-Marée Bleu Marine

Mon combat pour la sauvegarde de la souveraineté nationale.

Publicités

Maintenant ça m’fait plus rire

Tous ensemble contre le terrorisme islamiste !

Ils ont tué Dieudonné !

Tue_Dieudo« Vous écoutez Franche Info, il est neuf heures moins dix. Les actualités présentées par Marx Heudebert : « L’humoriste Dieudonné retrouvé mort cette nuit à son domicile. Le ministre de l’Intérieur, prévenu par le préfet de police dans la matinée, s’est rendu directement sur le lieu du drame pour établir un périmètre de sécurité. « La conquête va se poursuivre, tous les moyens sont bons pour désigner des coupables, la piste terroriste n’est jamais écartée », a déclaré Manuel Valls devant les journalistes de la Chaîne Parlementaire… Bernard-Henri Levy porte-parole du soutien français à l’opposition ukrainienne… »

Je l’avais prédit. Depuis le temps que j’attendais. Dix ans que ça traînait. Mes amis avaient rigolé : « Mais non, t’inquiète, ils iront pas jusque là. Tu comprends vraiment rien. » Ce qui devait arriver est arrivé : ils ont tué Dieudo.

BHL a un alibi...

BHL a un alibi.

Quoiqu’en dise l’enquête, tout le monde devine aisément qu’il ne s’est pas suicidé. Pour la mort de Coluche, le doute subsiste, comme ce dernier était  amateur de drogues et de sensations fortes. Mais Dieudo, lui, était un saint, il pratiquait même le Taï-Chi ! Pourquoi se serait-il entouré d’une bande de néo Black Panthers en guise de gardes-du-corps s’il ne tenait pas à la vie ? Aujourd’hui est un jour grave pour la France : les Juifs ont assassiné Dieudonné.

Dieudonné savait sa vie en danger...

Dieudonné savait ses jours en danger.

Pauvre de moi, qui n’ai jamais pu le voir en chair et en os, l’entendre, le toucher du bout des doigts, tant le prix d’une autorisation de se poser en face de ce Dieu-pas-donné était exorbitant ! Quarante euros pour voir un noir fondu sur scène ! Quarante-trois euros pour un DVD non censuré ! Ah ! Si j’avais pu prévoir le moment de sa mort ! J’aurais mis de côté ! C’était quand même le plus doué des visages-négroïdes ! Ça m’aurait changé des confrontations au commissariat !

Il ne me restait plus qu’à me rendre, une fois par mois, à la scène ouverte de son régisseur lilliputien Jacky Sigaux au Fist d’Or (passage du Fist d’Or, Paris 11ème), gratuite par principe anti-sémite. On devait s’y contenter de mauvais pastiches, interprétés par des fanatiques de la Quenelle (C) et du « Ta-gueule » adressé au public, deux marques de fabrique du Maître. J’y attendais vainement une apparition, un miracle…

Jacky Sigaux : le prochain sur la liste ?

Jacky Sigaux : le prochain sur la liste?

Quand je pense que tout petit, à l’école, je me faisais passer pour un Juif afin d’éviter la saucisse de porc dégueu de la cantine. Dieudonné, lynché par une horde de voleurs ! Qui n’acceptent pas qu’on fasse du business sur leurs dos ! Aujourd’hui j’ai honte d’être un ex-faux Juif !

Préférez-vous la saucisse...

Préférez-vous la saucisse…

J’accuse tous les Juifs d’être les auteurs de ce meurtre abominable ! Tous les Levi, les Cohen, les Klarsfeld, Séfarades, Ashkénazes et autres Youpins de la LDJ… tous des traîtres assassins, tous coupables, vous m’entendez ! Vive Mbala Mbala !

Amis écrivains, à vos plumes ! Si la Quenelle (C), huit ans après l’introduction de ce geste obscène sur la scène du théâtre de la Main d’Or, est entrée profondément dans les mœurs de la société musulmane pro-palestinienne anti-sioniste française, les rumeurs sur le meurtre imminent de l’humoriste afro-français le plus populaire de l’Hexagone vont bon train, et il ne fait aucun doute que les spéculations littéraires sur les conditions de sa mise à mort marqueront l’Histoire du Roman d’Anticipation. Envoyez votre version du sacrifice de Dieudonné au Crif avant le 1er avril 2014 (le cacher du rabbin faisant foi), et gagnez un aller sans retour à Jérusalem (le scénario de l’homicide, dactylographié, ne doit pas comporter d’empreintes digitales ; fournir une attestation de circoncision de moins de trois mois).

ou la quenelle ?

… ou la quenelle ?

Manifeste pour une vie plus intéressante.

Je me suis toujours demandé comment mon meilleur ami, individu pourtant doué d’une certaine intelligence, s’était auto-persuadé qu’il avait le pouvoir d’effectuer des voyages astraux.

« Je suis allongé, les yeux fermés – mais pas endormi, ça non, parce que je contrôle tout! Donc soudain je m’échappe de mon corps, je grimpe au mur et au plafond, je rampe comme dans « La mouche » de Cronenberg, ouais, tu l’as vu, et je m’observe de là-haut. Après je me ballade dans les différents étages de l’hôtel, puis je me jette par la fenêtre du 5ème, tranquille, je lévite, je regarde l’enseigne 4 étoiles, fièrement. A la fin je me réveille. Voilà. »

J'ai un ami épatant.

J’ai un ami épatant.

Après une écoute attentive et minutieuse de ses pérégrinations, et malgré toute ma bonne volonté, je n’arrive pas à discerner la différence entre  ce fantastique voyage dans un hôtel parisien cosy décoré dans le style néo-colonialiste, et un rêve éveillé de veilleur de nuit insomniaque.

La réponse est pourtant simple : cet homme s’emmerde profondément.

Puisque je te dis que je dormais pas !

Puisque je te dis que je dormais pas !

Il s’embête tellement bien qu’il s’est inscrit sur Adopte un mec.com une nuit en rentrant chez lui bourré – ne sachant plus trop aujourd’hui s’il doit en avoir pour son argent maintenant que son compte a été débité -, qu’il a tout autant des velléités de devenir délégué du personnel pour se faire mousser auprès de ses collègues que de suivre une formation de barman pour affiner son art de la mine, qu’il s’est fait livrer un imposant vélo elliptique qui n’a servi qu’un mois et qui encombre désormais son salon grossièrement, inutilement, un peu à son image peut-être… Sa dernière lubie : passer le permis. Ici je renvoie le lecteur à cet article d’un second ami pour lequel j’ai également beaucoup d’affection, mais dont je n’évoquerai pas le cas par peur d’ennuyer le lecteur, et souhaite bien du courage au premier, car dans cette affaire-ci, la somme en jeu est considérable.

De mon côté, je regrette que la vie consiste essentiellement à ne pas me retrouver à découvert à la fin du mois, à travailler quotidiennement pour combler mon déficit, à m’oublier chaque quinzaine dans une soirée quelconque pour ponctuer l’ennui, puis à reprendre le boulot le lendemain, contrit et repentant de m’être écarté un bref instant du rond-chemin.

J'ai encore craqué hier soir...

J’ai encore craqué hier soir…

Je regrette que ma vie ne présente pas plus d’intérêt. J’ai essayé pas mal de choses, tromper ma femme, dormir dans la rue, me taper une pute, écrire un blog satirique, chanter dans le métro… Ma vie est toujours aussi décevante, et j’en reviens fatalement au même point : il faut partir bosser !

Certes, par la diversité des formes d’ennui que propose la société post-moderne, nous pourrions nous réconforter en nous croyant unique : mais enfin que penser de l’étudiant assis à ma droite tout à l’heure à la Bpi, plongé pieusement dans son manuel de chinois, rédigé par madame Hoa, cette même sorcière qui me gavait d’idéogrammes en 2003, alors que je balbutiais dans l’art de chercher un sens inédit à l’existence, rêvant d’évasion et de grandeur dans l’Empire des Petites Bites ?

J'ai tout essayé.

J’ai tout essayé.

Je ne sais plus. On peut quand même tirer de tout cela une observation politique  : la courbe des adhésions au Front National ainsi que celle de l’ennui ont sensiblement la même propension ascendante, sans que l’on ait osé jusqu’à maintenant établir un lien de cause à effet à ce phénomène, peu rassurant pour le petit bourgeois qui sommeille en chacun de nous – ou plutôt qui nous endort.

Courbe de l'ennui / Courbe du FN

Ennui / Adhésions au FN

Car ce qui est beau, ce qui nous attire, nous élève, c’est l’extrême, la pureté, n’est-ce pas ? Pourquoi ne pas rêver d’une fraîche blonde à la chevelure ondulée et à l’accent sincère du Nord, plutôt que d’une fade métisse à l’odeur indéfinissable ? Pourquoi sans cesse nous gaver de chocolat au lait alors que le noir se casse bien plus franchement ? Pourquoi toujours chercher des noisettes au milieu ? Autant de périphrases par lesquelles je vous annonce à court terme, j’en suis sûr, la Bonne Nouvelle, le retour de l’Histoire, la fin d’un règne suranné, celui de la 5ème République. Vive la famille Le Pen !

Les blanches mon frère, les blanches.

Les Blanches mon frère, les Blanches.

Les eunuques à la rose

En sortant de la salle d’opération mes couilles à la main j’ai su que j’avais fait le bon choix. Enfin je n’allais plus être soumis à toutes ces pulsions animales incontrôlables. La voie vers les sommets se dégageait, plus aucun moyen de pression n’était susceptible de m’arrêter.

Ce fut quand Dominique se fit pincer à New York que j’ai envisagé de me les faire couper. La mort prématurée de Richard m’a définitivement convaincu. Sans ces sales affaires, il est probable que je les aurais gardées…

Maintenant je ris des boutades de mes compères au sujet de François. Ce fut le premier a y passer. Bien avant tout le monde, au moment de sa nomination à la tête du parti, il envisagea la solution. La  pression de la charge le faisait décharger à chaque occasion, une véritable boule minute. Dans sa recherche d’exutoire il était toujours prêt à écouter Jack et à se laisser entraîner dans des parties licencieuses.

Avec le recul, il a vraiment eu du nez. Même après sa prise de poids prodigieuse le transformant en rombière de supermarché, même après son humiliation de 2007 a encouragé sa dinguo d’ex, même après son régime Dukan et sa teinture noire, tata François est sur la voie royale pour prendre la suite de tonton.

En  repensant à cette perspective improbable, une tante chef de l’État ( et pourquoi pas un gay pendant qu’on y est), on a ri comme des baleines avec les éléphants. Imaginez le tableau, l’ex de l’ex-candidate devient le président de la France. Improbable et pourtant vrai.

Devant cette ironie du sort, les compères et moi-même avons sérieusement commencé à avoir les foies. Nos rires gras s’amincissaient à mesure que les sondages gonflaient.

Attention ça va couper !

Cette réussite surréaliste engagea d’autres conversions. Disons le même tout court, c’est dorénavant une obligation pour entrer dans le futur gouvernement. Autant les femmes n’ont rien à se faire enlever, si ce n’est quelques kilos, autant chez les hommes quelques grammes sont de trop.

Certains essayèrent de se défiler, arguant d’un contrôle total sur leurs pulsions. Ils étaient des hommes responsables et dominaient leur monture. Rien n’y fit, les ténors devenus castras étaient intraitables. Ils ne se grattaient plus la main mais l’entre-jambe. Les réfractaires étaient promis à rester en province et dire adieu aux arcanes de la République.

A mon tour, je dus choisir : les bourses ou ministre.

Déjà père de trois enfants et rassasié de conquêtes, mon hésitation fut brève. Il serait dommage me suis-je dit, de laisser passer l’occasion d’accéder au pouvoir pour de simples considérations hédonistes. De toute façon, mon paquet m’encombre, elles mes tiennent chaud et je m’assoie dessus fréquemment. Ça pendouille comme des bas-joues de vieille peau.

Au final, mes couilles me rendent service maintenant qu’elles sont définitivement posées sur la table.

Dans un mois, nous serons à la tête de la République sans couille mais au pouvoir.

Avril 2012

Pas de pitié pour les clandés

L’autre soir je me suis retrouvé en face d’un putain de gaucho ou anar, je sais pas trop. Quand je lui ai dit qu’il fallait expulser tous les sans-papiers, ce con s’est enflammé, et m’a même traité de faf quand j’ai annoncé mon intention de voter Le Pen. D’abord, je vois pas le problème de renvoyer gentiment tous ces merdeux chez eux, puisqu’ils sont dans l’illégalité. En restant ici, ils savent les risques qu’ils encourent. Déjà qu’on leur paye le billet de retour, ils devraient être contents. Et d’ailleurs, est-ce qu’il sait, ce crétin, combien ces clandestins coûtent à  la France ? Comme s’il y avait pas déjà assez de problèmes dans notre pays, il faudrait qu’on accueille toute la misère du monde ? Surtout qu’elle serait plus supportable dans leur pays d’origine. Là-bas, au moins, ils ont pas besoin de chauffage, et ils ont encore la notion de la solidarité ! Alors qu’ici on en profite pour les exploiter, au lieu d’embaucher des citoyens à des salaires décents. Quand j’ai employé le terme « dumping social », j’ai vite compris que ce connard n’avait aucune notion d’économie, et que ça servait à rien de discuter. Pour fermer la gueule de toutes ces pédales qui ont trop regardé les Télétubbies, j’ai décidé d’écrire un article sur le sujet.

Un Français privé de logement. La faute à qui ?

Visite touristique prolongée ou l’art de l’aller simple

Alors déjà, c’est quoi un clandé ? Ça vient d’où, et comment ? Il faut comprendre que la plupart des immigrés en « situation irrégulière » n’ont pas fui leur pays sous les bombes et risqué leur vie dans des rafiots poreux pour éviter de se faire décapiter. Non, généralement ce ne sont que des petits branleurs qui prennent un visa touristique, et demeurent sur notre territoire après expiration de celui-ci. Ils volent alors le travail, les logements et les femmes des Français, et envoient le maximum de pognon à leurs autres femmes à l’étranger, sans pratiquement rien dépenser en France. Grosso merdo, ce sont des parasites ! Après les ONG nous montrent des images larmoyantes de navires pleins de clandés qui sombrent, et interviewent des Libanais sur-diplômés qui ont du mal à se sentir intégrés… Halte à l’hypocrisie ! Non à l’immigration subie ! Oui à l’immigration choisie !

Vous êtes trop nombreux, repartez !

Sans-papier-cul en France

Aussi fou que celui puisse paraître, les immigrés clandestins ont des droits ! Voici la liste non exhaustive de tous les avantages de leur statut, responsable en grande partie de la ruine de la France.

Les sans-papiers ont la santé

Les clandés bénéficient de l’AME (l’Aide Médicale d’Etat) et de la CMU (Couverture Maladie Universelle), ce qui leur permet de se soigner, d’avorter, ou de dépister les maladies, le tout pris en charge par l’Etat, au même titre que les Français ! Putain, qu’ils crèvent, j’en n’ai rien à foutre, mais chez eux ! Maintenant je suis obligé de faire la queue à l’hôpital derrière un Noir ! Et qui est-ce qui paye ? C’est Bibi ! Marine l’a dit : ça nous coûte 600 millions d’euros. Après on parle du trou de la Sécu ! Priorité des soins aux Français !

Cours de langues étrangères à la récré

Les enfants sans-papiers ont également accès à l’école ! Et on s’étonne de voir les classes surpeuplées et les enseignants incapables d’effectuer correctement leur travail ! Le ministre de l’Education Nationale a déclaré lui-même qu’il n’appartenait pas à ses services de contrôler la régularité des élèves. Du coup, plus personne ne sait lire, ni écrire, la preuve avec cet article ! Priorité de l’éducation aux Français !

Jamais de devoirs à la maison

Attends ! J’ai pas fini : ils ont aussi le droit de toucher la retraite, les prestations familiales et sociales, et de défendre tout ça devant la Justice ! Même de manifester avec la CGT bolchévique ! Les enculés ! Ils bénéficient de tous les avantages des Français, sans aucune contrepartie, puisqu’ils ne sont pas concernés par les devoirs de la citoyenneté que nous leur refusons symboliquement. Il paraît aussi qu’ils payent des impôts, j’aimerais bien voir ça, vu comme ils réussissent à échapper aux contrôles policiers…  sans parler de la fraude documentaire et des mariages blancs. Tu vois un peu la grosse carotte ? Et ils sont combien comme ça à profiter du système ? On sait même pas ! 200 000 pour les uns, 400 000 pour les autres ! Le bordel !

Et pourquoi pas le droit de grève !

Pour une France plus juste

Bref, tout ça pour dire que nous, les Français, on est plutôt cools avec les hors-la-loi de cette espèce, et que ça va pas durer si Marine passe. Certes, renvoyer d’un coup des centaines de milliers de clandés dans leur pays, avec l’appui de l’armée, ça ressemble à des déportations, mais on peut quand même pas rester les bras croisés sans rien faire ! Et puis, Marine parle à la fin de son programme d’aider les pays africains à se développer, à condition qu’ils arrêtent de nous envahir. Ça c’est intelligent.

Rassurez-vous, c’est pour bientôt !