Le Musée des horreurs du Centre Georges Pompidou

A l’époque où je n’avais encore aucune dent contre la communauté chinoise – allant même jusqu’à étudier leur langue dénuée de syntaxe, las de ma lutte contre les blattes qui infestaient ma chambre et m’empêchaient de me concentrer, je me rendais, la mort dans l’âme, à la bibliothèque du Centre Georges Pompidou. Bibliothèque, dites-vous ? Certes, on y trouve des rangées désertiques de livres, ainsi que des bibliothécaires à l’air éteint, mais ne doit-on pas plutôt parler d’un abri pour les clandestins, de bains-douches publiques, ou encore d’une back-room ? Petite visite guidée…

centregeorgespompidou_enfants

Mieux que Disney Land, le Centre Georges Pompidou.

Mais qui était Georges Pompidou (1911-1974) ?

Ancien directeur de la banque Rothschild, 1er ministre sous de Gaulle, puis Président de la République de 1969 à 1974. Celui-là même qui, en 1973, d’après une idée originale de Valérie Giscard d’Estaing, alors ministre de l’Economie et des Finances, jette la France entre les mains du marché financier, en transférant le droit de création monétaire de la Banque Centrale vers les banques privées.

georgespompidou

Pompidou ne portait pas le col Mao.

A sa forte inclination pour la finance, on peut ajouter une sensibilité particulière pour les Lettres, attestée  par la publication en 1961 de sa pompeuse Anthologie de la Poésie Française, que je n’extrais de ma bibliothèque que par dépit de n’avoir plus rien à lire.

Enfin, son goût pour l’architecture, plus que douteux, se manifeste par la réalisation du monumental, futuriste et infâme Centre National d’Art et de Culture Georges Pompidou, inauguré après sa mort en 1977, et réunissant dans le même bâtiment le Musée National d’Art Moderne – je ne m’attarderai pas sur cette partie du monument comme j’exècre l’art contemporain de manière générale, et la Bibliothèque Publique d’Information. Maintenant, un peu d’histoire de l’art…

Anatomie du monstre

Lorsque, en 1969, les Halles de Paris s’exilent à Rungis, le projet d’un haut lieu de la culture est servi sur le plateau de Beaubourg. Un concours d’architecture retient les croquis bâclés de Renzo Piano et Richard Rogers. Un peu comme pour le festival de Cannes (ou lors de certaines élections), on peut s’interroger sur la validité du scrutin, étant donné le résultat.

Un touriste à Paris s’émerveille certainement devant le plus banal bâtiment de l’époque haussmannienne, à la vue des gracieuses corniches sculptées et des bas-reliefs expressifs de sa façade,  mais que peut-il raisonnablement penser, assis sur le parvis de Beaubourg, face à cette horreur du 20ème siècle, qui évoque plus un aspirateur géant (certains y voient un toboggan) qu’un musée ? C’est de l’art moderne…

2epoques

Y a pas photo...

La brochure de présentation le mentionne elle-même : « les gaines techniques, rejetées à l’extérieur, sont habillées de différentes couleurs : bleu pour l’air, vert pour l’eau, jaune pour l’électricité, rouge pour les ascenseurs. » C’est un peu comme si l’on exposait les viscères d’un cadavre débarrassé de sa peau en y ajoutant des colorants. Intéressant d’un point de vue biologique, mais de là à réaliser ce concept à une échelle pharaonique…

CentreGeorgesPompidou_visceres2

Le rectum.

Si la prochaine révolution doit désigner, tout comme pour la Bastille, un lieu symbolique à saccager, ce monument a toutes les chances de sortir vainqueur du concours une nouvelle fois…

CentreGeorgesPompidou_chirac

Et les murs végétaux de ton musée quai Branly ?

Explorons maintenant les entrailles de la monstrueuse bibliothèque.

CentreGeorgesPompidou_entreebpi2

N'ayez pas peur, les enfants, entrez....

La Bibliothèque Pudique d’Information

Un territoire hors-la-loi

Après sa mort, Pompidou décide finalement d’œuvrer dans le social ! En effet, vous ne verrez jamais autant de misère dans aucun autre lieu public. Il faut croire que les pauvres aiment se cultiver. A moins que ce ne soit le chauffage et les sièges qui les attirent. Ou encore l’accès gratuit à Internet, pris d’assaut par une foule de terroristes en puissance. Tous semblent très absorbés par leur lecture, mais je devine au fond comme ils se frottent les mains: « Ah ! On est pas mal ici, il fait chaud, c’est moderne, confortable, les filles sont jolies. La France a du bon ! ».

La présence policière est très limitée. Pourtant la bibliothèque accueille quotidiennement pickpockets, clandestins, SDF et autres malhonnêtes gens. Une simple annonce récurrente pour rappeler aux visiteurs de prendre garde à leurs effets personnels, quelques flics en civil disséminés ça et là aux différents niveaux… c’est tout ou presque. Le filtrage des objets métalliques à l’entrée n’est pas rigoureux. A quand la fouille corporelle et le contrôle d’identité ? Aucune mesure n’est superflue quand il s’agit de la sécurité des citoyens.

CentreGeorgesPompidou_sanspapiers

Beaucoup de sans-papiers se cachent dans cette bibliothèque.

Une back-room platonique

Comment un jeune étudiant peut-il raisonnablement se concentrer devant cette foule de filles dénudées qui défilent l’air de rien le long des allées comme dans un salon de mode ? J’impute en grande partie la responsabilité de mon échec scolaire à ce lieu où le vice des femmes, avec tout son appareillage de décolletés, jupes moulantes et maquillage outrancier, aiguise ses armes. Les habitués ne démentiront pas : ils doivent leur assiduité à la fréquentation de la gente féminine. Il traîne au-dessus des têtes studieuses comme un relent de fantasme, une rêverie de partouze géante. La même odeur qui remplissait les salles de classe quand je m’imaginais ma prof de maths à poil… suffit ! Un conseil à ceux qui veulent réussir : quittez cet endroit avant que le poison de la lubricité s’insinue dans vos veines. Et fuyez la compagnie des femmes de façon générale.

CentreGeorgesPompidou_bpi

Un lieu hanté par le sexe.

Les chiottes les plus sales du monde

Vous venez de finir votre jus de pisse à la cafétéria. Une envie pressante vous prend. Nul besoin de vous indiquer la direction des toilettes, fiez-vous à votre flair. Enfilez votre combinaison, vos bottes et votre masque avant de pénétrer dans cette zone à l’odeur épouvantable, qui imprègne vos vêtements, vous coupe la chique ainsi que l’envie d’uriner, et provoque la nausée même chez les étudiants en médecine habitués à la dissection animale. Essayez autant que faire se peut de dissimuler vos parties intimes à votre voisin de pissotière. Pour la grosse commission, attention : risque élevé de gastro-entérite. Lavez-vous trois fois les mains après vos besoins pour vous prémunir des bactéries véhiculées par les sans-abris, confondant « toilettes publiques » et « enclos à truies ».  Il faudrait doter la sortie d’un sas de décontamination. Toujours vivants ?

CentreGeorgesPompidou_toilettes

Des dealers de crack dans les toilettes publiques.

Sortie de secours

Ici s’achève la visite de ce Musée des horreurs, foyer probable de la prochaine épidémie de peste noire qui ravagera la planète. Rien d’étonnant à ce que les touristes se massent à l’entrée de ce monument que les guides du monde entier recensent dans la catégorie « curiosités ». Si quelqu’un connaît un lieu plus absurde, plus immonde, plus dévoyé que celui-ci, qu’il lève la main ! Des questions ?

CentreGeorgesPompidou_slogan

Et l'art doit chier.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Musée des horreurs du Centre Georges Pompidou »

  1. Ping : Manifeste pour une vie plus intéressante. | Censuré d'avance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s